Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
News and Archives of Jacques Delors
News & Archives from
Jacques Delors
Access
Support the Jacques Delors Institute!
Click here
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Read our newsletter
News releases
Appointment of Mr Sébastien Maillard as Director of the Jacques Delors Institute
4/09/2017 - nconti
Enrico Letta Appointed President of the Jacques Delors Institute
5/07/2016 - nconti
New European report calls for the protection of film diversity
20/11/2014 - sbaz
The European Initiative Prize 2014 awarded to Y. Bertoncini & T. Chopin
27/06/2014 - lmarnas
The European Union, its legislations and its powers
20/05/2014 - lmarnas
Press reviews
Yves Bertoncini in the media in 2016
9/05/2017 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2016
2/05/2017 - nconti
Jacques Delors in the media in 2015
13/05/2016 - nconti
Yves Bertoncini in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
Author
Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini has been Director of the Jacques Delors Institute since April 2011. He assists the ...
DIARY
Search
Themes :
Select ...
Choose a theme
Types :
Select ...
Choose type
Dates :
Select ...
Validate
Medias

Yves Bertoncini on RFI to debate about the Brexit

on May 13, 2016, 14:52
Programme - Yves Bertoncini
Print
Send by e-mail
Listen

Yves Bertoncini, our director, is the guest of the show "Carrefour de l'Europe" on RFI to debate about the Brexit, on May 15, 2016 at 4:10pm.

He debates with :
Sophie Pedder, correspondent for The Economist in Paris
Florence Faucher, professor at Sciences Po.

Chaired by Daniel Desesquelle, the show is broadcasted by RFI on  May 15, 2016 at 4:10pm to 5:00pm and 11:10pm to 00:00am in the world and in Paris (except Afrique) and at 5:10pm to 6:pm in Africa and Romania.

The podcast is available here.

Among the key messages of Yves Bertoncini:
 - Le RU est l’un des rares pays européens à faire un peu moins de la moitié de son commerce avec l’UE
 - Les Britanniques ne croient pas que l’Europe leur a apporté la paix, la démocratie, l’Etat de droit et l’économie de marché, et ils ont raison de ne pas y croire
 - La question est de savoir si les Britanniques vont se prononcer comme le « peuple commerçant » décrit par Napoléon, et donc sur ces bases pragmatiques : si tel est le cas, ils seront enclins à rester dans l’UE
 - Dans tous les cas de figure, Cameron serait rentré chez lui en disant qu’il avait terrassé l’hydre bruxellois et présentant l’accord conclu avec l’UE comme un « Waterloo »
 - L’adhésion à UE a apporté aux britanniques la capacité de peser de l’intérieur face à un projet d’unification continentale qui se serait fait sans eux
 - Margaret Thatcher a défendu les intérêts britanniques à l’intérieur de la CEE, elle n’a pas pratiqué la politique de la chaise vide ou de la porte ouverte
 - David Cameron a pratiqué la politique de la porte ouverte, il a perdu plein d’arbitrages à Bruxelles, de sorte que les Britanniques peuvent avoir l’impression que leurs intérêts nationaux sont moins bien défendus
 - Si les Britanniques regardent l’Europe comme le Titanic, ils peuvent avoir envie de la quitter, mais s’ils regardent les icebergs, ils peuvent se demander s’ils les affronteront mieux sur leur chaloupe
 - L’Union européenne n’est pas l’Union soviétique, elle n’est pas une prison, la meilleure preuve est que si les Britanniques veulent en sortir à l’issue d’un choix démocratique, ils en sortiront
 - Pour le Brexit, comme dans un divorce, les considérations matérielles peuvent jouer, mais cela n’empêche pas de divorcer, sur la base de considérations émotionnelles
 - Les Britanniques peuvent ne pas souhaiter divorcer de l’UE par peur du saut dans l’inconnu et des incertitudes qui s’en suivront
 - Ce n’est pas « Bruxelles qui gouverne » un pays qui a la Livre, avec sa Reine dessus, qui n’est pas dans Schengen sauf pour la coopération qui l’arrange et où l’on roule a gauche
 - Le Brexit, ce serait l’amputation d’un membre supérieur de l’UE, c’est-à-dire un bras, mais l’UE conserverait ses deux jambes, la France et l’Allemagne : elle continuerait à marcher mais aurait moins de prises sur la réalité
 - Si les Britanniques restaient dans l’UE, cela montrerait qu’on peut ne pas aimer l’Europe sans pour autant souhaiter la quitter : l’euroscepticisme n’est pas l’europhobie
 
Contact - Sitemap - Legal - Vacancies
Jacques Delors Institute - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email: info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
We use cookies on our website.
If you continue to use our website you consent to the use of cookies.