Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
News and Archives of Jacques Delors
News & Archives from
Jacques Delors
Access
Support the Jacques Delors Institute!
Click here
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Read our newsletter
News releases
Paris, 3 July 2017 - Appointment of Mr Sébastien Maillard as Director of the Jacques Delors Institute
3/07/2017 - nconti
Enrico Letta Appointed President of the Jacques Delors Institute
5/07/2016 - nconti
New European report calls for the protection of film diversity
20/11/2014 - sbaz
The European Initiative Prize 2014 awarded to Y. Bertoncini & T. Chopin
27/06/2014 - lmarnas
The European Union, its legislations and its powers
20/05/2014 - lmarnas
Press reviews
Yves Bertoncini in the media in 2016
9/05/2017 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2016
2/05/2017 - nconti
Jacques Delors in the media in 2015
13/05/2016 - nconti
Yves Bertoncini in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
Author
Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini has been Director of the Jacques Delors Institute since April 2011. He assists the ...
DIARY
Search
Themes :
Select ...
Choose a theme
Types :
Select ...
Choose type
Dates :
Select ...
Validate
Medias

Yves Bertoncini on RFI to debate about the Brexit

on May 13, 2016, 14:52
Programme - Yves Bertoncini
Print
Send by e-mail
Listen

Yves Bertoncini, our director, is the guest of the show "Carrefour de l'Europe" on RFI to debate about the Brexit, on May 15, 2016 at 4:10pm.

He debates with :
Sophie Pedder, correspondent for The Economist in Paris
Florence Faucher, professor at Sciences Po.

Chaired by Daniel Desesquelle, the show is broadcasted by RFI on  May 15, 2016 at 4:10pm to 5:00pm and 11:10pm to 00:00am in the world and in Paris (except Afrique) and at 5:10pm to 6:pm in Africa and Romania.

The podcast is available here.

Among the key messages of Yves Bertoncini:
 - Le RU est l’un des rares pays européens à faire un peu moins de la moitié de son commerce avec l’UE
 - Les Britanniques ne croient pas que l’Europe leur a apporté la paix, la démocratie, l’Etat de droit et l’économie de marché, et ils ont raison de ne pas y croire
 - La question est de savoir si les Britanniques vont se prononcer comme le « peuple commerçant » décrit par Napoléon, et donc sur ces bases pragmatiques : si tel est le cas, ils seront enclins à rester dans l’UE
 - Dans tous les cas de figure, Cameron serait rentré chez lui en disant qu’il avait terrassé l’hydre bruxellois et présentant l’accord conclu avec l’UE comme un « Waterloo »
 - L’adhésion à UE a apporté aux britanniques la capacité de peser de l’intérieur face à un projet d’unification continentale qui se serait fait sans eux
 - Margaret Thatcher a défendu les intérêts britanniques à l’intérieur de la CEE, elle n’a pas pratiqué la politique de la chaise vide ou de la porte ouverte
 - David Cameron a pratiqué la politique de la porte ouverte, il a perdu plein d’arbitrages à Bruxelles, de sorte que les Britanniques peuvent avoir l’impression que leurs intérêts nationaux sont moins bien défendus
 - Si les Britanniques regardent l’Europe comme le Titanic, ils peuvent avoir envie de la quitter, mais s’ils regardent les icebergs, ils peuvent se demander s’ils les affronteront mieux sur leur chaloupe
 - L’Union européenne n’est pas l’Union soviétique, elle n’est pas une prison, la meilleure preuve est que si les Britanniques veulent en sortir à l’issue d’un choix démocratique, ils en sortiront
 - Pour le Brexit, comme dans un divorce, les considérations matérielles peuvent jouer, mais cela n’empêche pas de divorcer, sur la base de considérations émotionnelles
 - Les Britanniques peuvent ne pas souhaiter divorcer de l’UE par peur du saut dans l’inconnu et des incertitudes qui s’en suivront
 - Ce n’est pas « Bruxelles qui gouverne » un pays qui a la Livre, avec sa Reine dessus, qui n’est pas dans Schengen sauf pour la coopération qui l’arrange et où l’on roule a gauche
 - Le Brexit, ce serait l’amputation d’un membre supérieur de l’UE, c’est-à-dire un bras, mais l’UE conserverait ses deux jambes, la France et l’Allemagne : elle continuerait à marcher mais aurait moins de prises sur la réalité
 - Si les Britanniques restaient dans l’UE, cela montrerait qu’on peut ne pas aimer l’Europe sans pour autant souhaiter la quitter : l’euroscepticisme n’est pas l’europhobie
 
Contact - Sitemap - Legal - Vacancies
Jacques Delors Institute - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email: info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
We use cookies on our website.
If you continue to use our website you consent to the use of cookies.