Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
News and Archives of Jacques Delors
News & Archives from
Jacques Delors
Access
Support the Jacques Delors Institute!
Click here
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Read our newsletter
News releases
Enrico Letta Appointed President of the Jacques Delors Institute
5/07/2016 - nconti
New European report calls for the protection of film diversity
20/11/2014 - sbaz
The European Initiative Prize 2014 awarded to Y. Bertoncini & T. Chopin
27/06/2014 - lmarnas
The European Union, its legislations and its powers
20/05/2014 - lmarnas
Faces on divides: the May 2014 European elections
25/04/2014 - lmarnas
Press reviews
Yves Bertoncini in the media in 2016
9/05/2017 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2016
2/05/2017 - nconti
Jacques Delors in the media in 2015
13/05/2016 - nconti
Yves Bertoncini in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
Author
Elvire Fabry

Elvire Fabry

Elvire Fabry is Senior Research Fellow at the Jacques Delors Institute since 2009, in charge of the ...
DIARY
Search
Themes :
Select ...
Choose a theme
Types :
Select ...
Choose type
Dates :
Select ...
Validate
Medias

Elvire Fabry quoted by the Swiss newspaper Le Temps about European defense

on December 19, 2013, 15:24
Mentions - Elvire Fabry
Print
Send by e-mail

Elvire Fabry, research fellow on External Affairs, is quoted by the swiss Newspaper Le Temps, about European Defense and the last European Council, on 23 decembre 2013: "La France, chef de file de l'Europe de la défense". 
 
Extracts:
 

François Hollande souhaite également un réexamen du mécanisme de déploiement des groupements tactiques. Il s’agirait d’être en mesure de prendre des décisions rapides et d’agir immédiatement en cas de crise aiguë, comme la France l’a fait au Mali pour stopper l’avancée de groupes terroristes ou à Bangui pour éviter une catastrophe humanitaire. Les groupements tactiques existent depuis 2005, mais n’ont jamais été utilisés. «C’est un signe du refus de l’usage de la force par les Européens», analyse Elvire Fabry, chercheur senior à Notre Europe, l’Institut Jacques Delors. Les Etats craignent le fardeau financier de telles opérations, leur impopularité auprès des opinions publiques ou estiment que ce n’est pas à l’Union d’agir militairement dans des théâtres extérieurs.

A Bruxelles, Paris tentera enfin de convaincre de la nécessité de développer une base industrielle commune en matière de défense. François Hollande proposera notamment de construire une prochaine génération de drones de surveillance, à l’horizon 2020-2025.

La France se pose ainsi en chef de file de l’Europe de la défense. Son histoire et ses liens avec le continent africain l’expliquent en partie, mais pas seulement. Pour elle, les Européens doivent globalement renforcer leur autonomie stratégique et être capables de faire face seuls aux menaces extérieures. La réflexion se base notamment sur le nouveau contexte stratégique, issu de la réorientation des Etats-Unis vers le Pacifique: «Cela donne une nouvelle responsabilité aux Européens, celle d’assurer eux-mêmes la stabilité de leur voisinage, explique Elvire Fabry. A cela s’ajoute le décalage entre la démilitarisation de l’Europe et le développement des équipements militaires dans les grands pays émergents.»

Mais Paris semble relativement isolé, dans ses convictions comme sur le terrain. «C’est un état d’esprit général: les Européens sont tournés vers des préoccupations économiques, comme la lutte contre le chômage, ils ne sont pas dans une logique d’influence ni de projection sur des théâtres d’opérations extérieures», explique Elvire Fabry. A l’exception de la France, «les enjeux de défense ont du mal à se placer en haut de l’agenda politique». Outre les préoccupations intérieures notamment budgétaires, certains pays, comme la Grande-Bretagne, considèrent que c’est à l’OTAN, non à l’Europe, de gérer les questions de sécurité. S’agissant des groupements tactiques, «c’est un vrai sujet, qui mérite d’être porté, mais la volonté politique des autres Etats n’existe pas», constate Arnaud Danjean.

Ainsi, pour la France, «le Conseil risque d’être très décevant», anticipe Elvire Fabry. Tout en se félicitant que le sommet traite des questions de défense, car «cela n’a plus été le cas depuis cinq ans», Arnaud Danjean se montre également pessimiste quant aux résultats escomptés. Certes, certains Etats, comme l’Italie ou l’Espagne, «sont proches de la vision politique française, mais ils n’ont pas les moyens de passer aux travaux pratiques», glisse le député européen UMP. La France mise aussi sur la Pologne pour la soutenir.

Contact - Sitemap - Legal - Vacancies
Jacques Delors Institute - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email: info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
We use cookies on our website.
If you continue to use our website you consent to the use of cookies.