Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
News and Archives of Jacques Delors
News & Archives from
Jacques Delors
Access
Support the Jacques Delors Institute!
Click here
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Read our newsletter
News releases
Appointment of Mr Sébastien Maillard as Director of the Jacques Delors Institute
4/09/2017 - nconti
Enrico Letta Appointed President of the Jacques Delors Institute
5/07/2016 - nconti
New European report calls for the protection of film diversity
20/11/2014 - sbaz
The European Initiative Prize 2014 awarded to Y. Bertoncini & T. Chopin
27/06/2014 - lmarnas
The European Union, its legislations and its powers
20/05/2014 - lmarnas
Press reviews
Yves Bertoncini in the media in 2016
9/05/2017 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2016
2/05/2017 - nconti
Jacques Delors in the media in 2015
13/05/2016 - nconti
Yves Bertoncini in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
The Jacques Delors Institute in the media in 2015
31/03/2016 - nconti
Author
Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini has been Director of the Jacques Delors Institute since April 2011. He assists the ...
DIARY
Search
Themes :
Select ...
Choose a theme
Types :
Select ...
Choose type
Dates :
Select ...
Validate
Medias

Yves Bertoncini in Métro: Référendum sur l'UE "Un défi compliqué pour Cameron"

on January 23, 2013, 15:36
Interview - Yves Bertoncini
Print
Send by e-mail


Notre directeur answers to the questions of the newspaper "Métro" after David Cameron's speech January 23 2013.

(French only)

Référendum sur l'UE : "Un défi compliqué pour Cameron"

INTERVIEW - Yves Bertoncini, secrétaire général du think thank Notre Europe, réagit au discours sur l'Europe de David Cameron, qui a promis un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE.


Yves bertoncini

Yves Bertoncini Photo : DR


David Cameron assure que le Royaume-Uni veut rester dans l'UE, mais que pour cela l'Europe doit changer. C'est du chantage ?
Chantage, c'est peut-être un grand mot. Cameron est en position de faiblesse sur le plan intérieur, et il est obligé de prendre cette position sous la pression des eurosceptiques et des indépendantistes de son parti. Il a une partition difficile à jouer. D'un côté, il promet un référendum "in or out", mais déjà, il commence la campagne en se prononçant pour que son pays reste dans l'UE. Vis-à-vis de ses partenaires européens, ce référendum est un moyen de pression dont il a besoin pour chercher à créer un rapport de force plus favorable. Mais c'est un défi compliqué : ces derniers mois, les Allemands et les Français ont montré qu'ils avaient un peu perdu patience. Sur le mécanisme européen de stabilité, le pacte fiscal ou encore le pacte de compétitivité, ils ont dit : "Vous ne voulez pas ? Ce n'est pas grave, on fait sans vous."

Que peut obtenir Cameron ?

C'est difficile à dire. Dans son discours, il a pris un seul exemple concret, sur le temps de travail des médecins dans les hôpitaux qui ne doit pas être décidé à Bruxelles. Il faut qu'il précise ses demandes. Le paradoxe, c'est qu'il est plus facile de sortir l'UE : il y a dans les traités une clause, rajoutée à Lisbonne, qui explique qu'un pays a tout à fait le droit de le faire.


Les Britanniques étant largement eurosceptiques, y aurait-il un risque qu'ils quittent effectivement l'Europe ?
Oui, il y a un risque. Déjà parce que lors des référendums, les gens répondent autant à la question posée qu'à la personne qui la pose. Et je ne sais pas qu'elle sera la popularité de Cameron en 2017 s'il est réélu, sachant que le Royaume-Uni traverse une crise grave. Il faut aussi savoir dans quel Etat sera l'Europe.


Pour l'UE, quelles seraient les conséquences d'une sortie du Royaume-Uni ?
Ce serait embêtant pour l'UE. C'est quand même un de ses acteurs majeurs ! Une Europe désunie aurait moins de force aux yeux des Chinois ou des Américains. Et sur les sujets de politique étrangère ou de défense, le Royaume Uni joue un rôle clé, plus que l'Allemagne. Après, d'autres diront que sans ce pays, il y aurait un peu moins de libéralisme en Europe, et plus de cohésion. Mais au total, les partenaires européens préféreraient que le Royaume-Uni reste dans l'UE, même avec des dérogations.

Contact - Sitemap - Legal - Vacancies
Jacques Delors Institute - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email: info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
We use cookies on our website.
If you continue to use our website you consent to the use of cookies.